jeudi 25 septembre 2008

Le coût du vin


À voir tout ce qui se passe dans le monde financier en ce moment, je me demande quel avenir il y aura pour le marché du vin. Or, il est désormais incontestable que le coût du vin a augmenté un peu partout : les petits crus ont fait un bond, et les grands, n'en parlons pas... (OK, mentionnons qu'en regardant les publicités pour les foires aux vins, j'ai vu qu'une bouteille de Château Lafite Rothschild 2005 se vend à plus de 700 €, alors que j'ai le souvenir que ce vin dans des millésimes récents se vendait à moins de 150 € il y a deux ans.)

Mais avec l'ébranlement de l'économie mondiale, la chute des valeurs immobilières, etc., on verra peut-être un effet mitigeant sur la hausse spectaculaire du prix du vin. Peut-être que nous ne verrons plus des choses exorbitantes, voire aberrantes (comme cette bouteille de Krug Clos d'Ambonnay chez Lavinia à 3 000 €).

Car finalement, rendre le vin inaccessible est une catastrophe pour les amateurs. La réussite de la bouteille, la nécessité absolue de la boire au bon moment : tout devient infiniment plus important quand on a fait un investissement démesuré. Ou bien, la simple possibilité de pouvoir goûter un musigny, par exemple (sans parler de La Tâche...). Ce sont des expériences qui doivent être - rester - possible pour les vrais amateurs, sinon nous perdons une partie de notre culture du vin.

Donc, vivement que le marché du vin se calme et que nous revoyions des prix un peu plus amènes !

Au moins, on peut toujours espérer.

2 commentaires:

Baraou a dit…

Heureusement, il y avait, il y a et il y aura des vins de grande qualité à prix raisonables (même si un travail qualitatif implique un prix qui n'est pas à la portée de toutes les bourses pour un vin quotidien).
Le débat reste entier car il n'est pas sûr que les vins "de luxe" ne deviennent une sorte de "valeur refuge", créant ainsi une hausse des prix !!!

Steve L. a dit…

And you're talking about Euros. By the time wine reaches the U.S. and is priced in runt-like US$, forget it. In these days of the internet we can all see how much a wine costs at, say, Lavinia, which makes the doubling by the time it reaches San Francisco all that much harder to swallow.